Lousiades-Papouasie

LOUISIADES

 

 

Nous voici arrivés  en Papouasie!!DSCN0766

Cette navigation a été l’une des rares depuis notre départ a se dérouler si bien. Le bateau fusait sur une mer indulgente, le ciel était clément à part quelques rares  grains qui n’étaient pas trop forts non plus.

Quel bonheur, et pour les connaisseurs, Elhaz est resté pendant 48 heures à une vitesse de 7 noeuds sous voiles, une formule 1! Juste en quittant la baie des Vanuatus, où il y a aussi fort à dire sur la gentillesse et l’accueil des locaux, si démunis pourtant; nous avons été accompagnés par les dauphins..Etait ce un présage du bon déroulement du reste de cette navigation?

Puis 7 jours après, dans un épais brouillard, nous avons passé cette large passe au milieu de laquelle trône une si typique bouée rouge, signe que les locaux rechargent cette bouée de viande fraiche afin de mieux appâter les requins du grand large pour les chasser et vendre les ailerons aux chinois tandis que le reste est mangé jusqu’à la dernière miette.

Donc: baignades interdites car très gros requins sur place, chienne interdite de baignade.

Puis doucement, nous nous sommes enfoncés dans le brouillard jusqu’à apercevoir cette ile aux bords hachés par le vent.Puis les bruits si familiers de la jungle nous ont envahi et c’est avec un bonheur immense que nous avons jeté l’ancre au milieu de ce paradis terrestre et aquatique.Et pourtant: crocodiles,serpents,araignées de toutes sorteset requins tigres et bulldog se partagent la place… Nous sommes dans l’archipel des Louisiades, premières terres papous juste derrière les Iles Salomons, en plein milieu de cette mer de corail.Aigles et oiseaux de mer se disputent la place, mais nous entendons les « parrots » perroquets , au loin.

Notre première descente à terre, sur une petite plage, nous a fait découvrir une

installation de jungle copie conforme, de toutes nos formations jungle!!! couchages, bancs, feux, installations pour les vêtements, baguettes en bambou pour la nourriture et leur linge avec de quoi les accrocher en hauteur…bref,

beaucoup de précautions pour mettre les éléments vitaux en hauteur et protection…nous sommes bien en jungle! Mais pourquoi quatre petits feux à l’extérieur de cette cabane???

Nous aurons la réponse un peu plus tard en rencontrant une barque de 6 locaux que nous invitons à bord d’Elhaz…une première pour eux, une première pour nous…les feux sont là pour échapper aux insectes « invasifs » disent ils en anglais, langue officielle d’ici..DSCN0745

Sinon, ils sont habillés de vieux vêtements européens, décorés de bijoux en petites perles dignes de Masaï d’afrique. Et…leurs dents, non plutôt leurs

chiccos et gencives sont rouges sang à cause du bettel suçoté toute la journée…avec des petites dégoulinures sur les mentons..hhummm, Axelle en les fixant gentiment, m’a demandé s’ils venaient d’ingurgiter de la viande fraiche, tout en leur faisant un signe amical de la main; pendant qu’Ewen fixait la tortue magnifique qui agonisait sous leurs pieds.Ravis de capter l’attention d’Ewen, ils nous ont dit que s’était pour leur repas de midi;

20 minutes plus tard on voyait la fumée s’échapper des arbres, cela devait être goulument avalé!Puis, une heure après ils sont doncvenus à bord. Nous leur avons offert un café, et pour 4 d’entres eux, s’était la première fois qu’ils en buvait.

Mais pour eux, le must a été de se servir de Sucre, on voyait le bonheur dans leurs yeux: du sucre!! Les gateaux ont été ingurgités avec délectation avec des bruits de sslllrrrpp qui doivent être signes d’appréciation!

Et là,nous avons eu l’idée de leur faire gouter aux bonbons acidulés des enfants:

franches rigolades de tous les côtés!!!Puis, nous leur avons offert des pamplemousses, fruits inconnus pour eux et ils nous ont proposés de nous initier au feu par friction, leur méthode utilisée ici pour faire quotidiennement leur foyer.

Nous étions extrêmement excités d’y aller, et nous bien décidés a faire des photos, que nous enverrons le jour où nous aurons internet. En parlant de photos, nous leur avons demandé la permission et ensuite nous leur avons montré l’image sur l’écran: des exclamations, des rires et des expressions d’étonnements de se voir sur un écran…décidément, nous y sommes en Papouasie…

 

Puis reprise de la mer quatre jours plus tard pour atteindre Port Moresby.Nous comptions sur 4 nuits de mer…finalement avec le vent, impossible de stopper le bateau..6, 7 puis 7.8 nœuds avec des bouts de chiffons…une passe avec des vagues croisées de 3 m environ, et un courant légerement favorable…des cartes approximatives et des rouleaux des deux côtés : elles sont loin les passes des tuamotus !

Bref, nous avons été aspirés à l’exterieur par des rafales à 25 nœuds et des vents constants de 20 nœuds..3 nuits après, nous rentrions de nuit dans le port surchargés de PORT Moresby avec des bourasque à 30 nœuds pour éviter d’attendre toute la nuit à l’extérieur avec des cargos sans AIS et cachés par les chapelets de grains .

DSCN0730Le lendemain, nous entrons enfin dans cette fameuse marina « de luxe » entourée de barbelés et murs surmontés de fils électriques. Y aurait il Godzilla à l’extérieur ? Pour les femmes, nous devons sortir accompagnée et jamais plus découverte qu’en tee_shirt et pantalon, sinon se serait un appel au viol, sympa…Et lorsque l’on demande aux membres de la sécurité de la marina où se trouve le marché, ils s’organisent pour qu’un d’entre eux viennent avec nous. Très rassurant… Demain, nous sortons enfin de cette enceinte pour faire nos papiers à l’aéroport, et nous serons accompagnés . Nous pourrons donc voir cela de notre propre chef.

 

 

 

PAPOUASIE

 

Ca y est, nous sommes sortis de cet environnement qu’est la marina..et nous avons découvert un peuple gentil, souriant et très fier de leur façon de vivre avec une envie vivace de nous faire partager leurs traditions.

Mêlée aux locaux, avec Axelle et Ewen, nous sommes allés au festival local. Pas d’étrangers. Accompagnée d’un couple d’amis car Yann restait à la marina pour le moteur, je ne voulais surtout pas sortir d’une zone proche d’eux.

Mais la foule m’a poussé avec mes petits, bien loin ,et je les ai perdu de vue. Je ne me sentais pas en danger, je suis restée. Les gens faisaient leur possible pour faire passer les enfants d’abord, étaient très attentifs à notre bien être, une policière en civil me pistait gentiment si jamais…

DSCN0770Mais pas besoin… Axelle et Ewen étaient caressés par des mains bienveillantes, et Axelle aux cheveux blonds à fait sensation : une star : Une photo, une photo !!! Les locaux étaient très fiers de faire des photos avec nous. Les prix étaient descendus pour que je puisse acheter des choses aux petits ! Statuette, flèche de guerrier ont été leurs choix. Vannerie, ébénisterie, peinture, tressage, poterie…gentillesse,sourires,tapes sur l’épaule et embrassades avec des femmes qui s’approchent de moi pour me caliner !? D’accord. Des bonjours, des mercis d’avoir parler avec nous ??!!DSCN0803

Oui, ces gens ont besoin d’attention et besoin de parler avec nous, je prends le temps, et l’après midi passe si bien et si vite. Beau pays, beau peuple.

Sinon, nous attendons d’avoir le visa pour l’Indonésie, et ce sera mercredi prochain. Nous partirons d’ici, avec regrets, en fin de semaine .

 

 



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire