• Accueil
  • > Ce n’est pas le Pérou!, disait l’autre…

Ce n’est pas le Pérou!, disait l’autre…

 

Alors je me lance…..Nous avons….échoués !!!!

 

2 tentatives,24 jours d’errance dans les eaux panaméennes en attendant une ouverture météo, et 13 jours de mer,700 milles de chemin, le tout soldé par l’échec total ; Nous sommes de retour à Las Brisas, mouillage de Panama city !

 

Vous voulez des détails ??? Bon d’accord, cela nous passera notre humeur et notre déception..

 

 

 

En avant, tout est prêt, adieu Panama.

 

La première fois, nous nous sommes élancés avec un bateau du même type (CARMINA) que le nôtre qui devait s’arrêter, en Equateur .

 

Après 6 jours de navigation nous avions seulement fait 300 milles au moteur, contre pétole ou vent plus que dans le nez, et grains de fou, sur grains de fou !!!

 

Soudain: Pompe de cale qui se met en route : eau salée dans les fonds du bateau,!!!??? super !!Déjà qu’on serrait les fesses comme des malades pour que le moteur tienne, mais là, merde !Cela venait d’une pièce du moteur (joint tournant ,pour les connaisseurs) , résultat : 300 litres embarqué ..et cela continuait dès que nous faisions point mort, marche avant. Obligés de descendre sans arrêt pour vérifier !!!

 

Réparation du joint tournant (resserrage de la bague hydro)Pompe de cale, écoper, vider les sceaux, bref, équipage emputé avec eau dans les fonds, gros grains et courant de 2 nœuds contre nous…ok, décision : attendre une meilleure fenêtre météo vers Chiriqui ( punta Marieta, pour les connaisseurs) dans un mouillage sauvage, juste fréquenté par les trafiquants de drogue, d’après les locaux !!!

 

 

 

Nous allons à la rencontre des pêcheurs locaux qui nous conseillent de repartir le mardi d’après, car d’après eux, ce sera la dernière fenêtre avant mi juillet et l’installation des orages entre temps.

 

Yann a choisi ce mouillage pour nous faire une petite crise de palu (certainement due à la fatigue et au stress)

 

Entre parenthèse, les locaux (Isla CEBACO) nous racontent que nous sommes gonflés car nous sommes arrivés pendant un moment très spécial : Une des plus grosses houles de l’année…ben voyons…nous aimant la vie pimentée, mais là alors, on s’en passerait..

 

Par téléphone satellite, nos amis de CARMINA nous préviennent qu’ils viennent eux aussi de faire demi tour,une journée après nous, rebutés par un courant montant à 2.5 nœuds contre eux !

 

Bon,bon,bon,on s’en fout…Tête dans le guidon, nous partons comme nous l’avaient indiqué nos marins .On décide de se faire suivre en météo par des copains de Panamarina ,histoire de savoir à quelle sauce nous allons être mangés… les prévisions météo nous signalent un vent qui tournera en notre faveur 12 heures plus tard et il faut absolument atteindre sous les 5° pour sortir de ce pot de p…Prévisions météo…

 

 

 

Force et Courage, et en avant !!

 

 

 

Jour 1 :super vent,15 nœuds de travers, on s’éclate..4 à 5 nœuds de moyenne

 

Jour 2 : ça se corse, le vent monte et tourne.. on se le prend de face. .soit ,on bifurque un peu plus sur la côte Colombienne Pacifique.

 

Jour 3 : le vent forcit encore plus ,25 nœuds en rafales et de face complet.. Une mer complétement confuse : en enfournant (eau engloutissant l’avant du bateau), nous remplissions en même temps le cockpit par l’arrière avec d’autres vagues arrière ???

 

A rien y comprendre. Le YES se faisait complètement prendre de tous les côtés…Tant pis, les enfants tenant, nous nous accrochons ferme pour atteindre le 5ème degré qui, selon la météo de nos routeurs, serait notre salut des grains et autres…

 

Jour 4 : 4 degré 50….ça se complique…2.5 nœuds contre nous de courant, le vent tournant de plus en plus ,à nous pousser complètement contre la côte Colombienne (tirer des bords ?On reculerait !),  l’eau qui s’engouffre par giclé par les panneaux de pont qui ne s’avèrent plus étanches (à force) et ….de l’eau dans les fonds de nuit, comme d’hab’,c’est tellement mieux !

 

D’où venait elle cette fois ????de l’écubier (passage de la chaine de l’ancre !!on le saura bien après…on préfère rester dans le suspens, c’est grisant en pleine mer !

 

Donc, résumons :

 

  1. eau dans les fonds
  2. on commence à se rapprocher d’une côte plus qu’inhospitalière (truffée de pirates pas gentils)
  3. le courant s’en mêle,
  4. le moteur….perd de l’huile ?Tiens, nous ne l’avions jamais vécue celle là…ça change. Oui, la diversité, on adoooooore avec Yann (joint de carter) !

 

 

 

Yann et moi commençons à faire les quarts à 2 tellement ça tabasse, et là, au bout de 2 nuits on ressemblent franchement à des Zombies…car après les nuits, il y a les 2 petits…qui eux se comportent à merveille, comme « à la maison »…on dirait que c’est facile pour eux…

 

 

 

Dépités , nous décidons de revenir sur Panama, poser l’ancre et…prendre l’air.

 

Nous faisons un arrêt au Perlas (après 2 jours de moteur non stop, vive la voile), réconciliation avec la beauté de la nature et la gentillesse des panaméens (fruits et légumes en cadeaux)

 

Nous sommes rejoint par CARMINA qui font leur 2eme essai, bon courage à eux..

 

Positivons :

 

Nous préparons LE YES pour une nouvelle aventure : LES MARQUISES en septembre, nous le préparons avec notre retour d’experience…

 

Nous le mettons en sécurité et nous tapons dans nos économies pour rentrer en France se recharger (cela fait 2 années, et puis présentons notre petit Panaméen, Ewen )

 

 

 



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire